Go-Élan
pour que le jeu continue…

Mon père Gérald Gagné, en 2009

Je suis née à Montréal. Mes parents rêvaient de la campagne. Mon père travaillait pour une compagnie sur la rue du Parc à Montréal. Il voulait s’installer en campagne lors de « ses vieux jours » disait-il. C’est alors que son patron lui a dit : «Gérald, pourquoi tu attends? Pourquoi tu ne le réalises pas ton rêve là, maintenant?» Bonne idée!

C’est alors qu’il a pris un emploi comme directeur d’une usine à Bécancour. Nous sommes déménagés, j’avais 5 ans. Allez, on retrousse nos manches, on rénove la maison de A à Z…oui oui, les enfants ont aussi participé! Quelques années plus tard, il nous a construit une immense balançoire en bois à pattes triple. À cette époque, aucun d’entre nous ne se doutait que mon père avait créé alors le premier d’une longue série de jeux extérieurs.

Notre balançoire de bois, telle que je m’en souviens.
Notre famille en 1983: ma mère France et mon père Gérald, puis les enfants: Martin, José, Magali, Olivier, et moi.
Voici le tout premier logo Go-Élan. À l’époque, ça se faisait au crayon!

À la fin de l’année 1983, l’entreprise pour laquelle travaillait mon père a déménagé en Ontario pour des questions politiques. L’entreprise alors fleurissante, se retrouvait vide d’un coup, sans employés, sans équipements…

Aimant la région, l’entrepreneur en lui s’est relevé. Le chemin semblait déjà tracé. Il rachète la bâtisse maintenant inutilisée, investit dans l’achat d’équipements nécessaires, embauche plusieurs de ses anciens employés… et fonde Go-Élan. C’était en juin 1985.

Quand je disais que tout le monde participe dans les projets de famille: les trois petits dans un catalogue en 1987.
Elle, c’est ma soeur Magali, maintenant DG chez Go-Élan! et Catalogue couleur, Volume 1
Michel en 1987, directeur de production.

Autodidacte, il touche à tout. Cependant pour qu’il puisse surmonter les nombreux défis de commercialisation, il a rapidement été chercher un nouvel allié pour la production: Michel Fortier, concepteur, qui deviendra mon mari plusieurs années plus tard.

En 1997, je suis arrivée dans l’entreprise. Un concours de circonstances me ramenait dans mon patelin d’enfance après 9 années à Montréal. Je m’y installai avec les deux plus belles conceptions de ma vie, Christyne et Mylène. Que de joies et plaisirs elles m’ont procurés et me procurent encore!

 Eh oui, mes deux filles sont rendues grandes maintenant...
Vestige d’une ancienne époque: le tout premier catalogue, dessiné à la main, photocopié! C’était du travail monter ça! Je me souviens, c’est ma mère qui assemblait les pages. En 1985, nos structures étaient majoritairement en bois, ce qui était le matériel utilisé à l’époque.Michel et moi, un des beaux moments lors de nos escapades de week-end! Cette fois-là à Trois-Pistoles! 3h30 de Bécancour

Affectée à des tâches administratives, mon père m’a enseigné aussi les rudiments de cette PME: le service, la vente, les fournisseurs, la conception, les projets, j’ai appris, j’ai « trippé », je m’en suis imprégnée.

Une chose en particulier : J’ai toujours été épatée de voir combien la sécurité étaient au cœur de leur préoccupation. Même avant l’arrivée de la première norme de sécurité canadienne dans les aires de jeu en 1990 (car avant cette année, il n’en existait pas) mon père et Michel s’étaient donné des «standards» internes de qualité, solidité et durabilité des équipements. Quand cette norme a vu le jour, il a été facile de la rencontrer (de l’excéder, en fait!).

Je me souviens les entendre dire qu’ils créaient les modules de jeux « en bons pères de famille ». Cette expression m’a marquée, car je partage cette valeur. Depuis 1985, bien des choses ont changé chez Go-Élan! Au fil des années, nous avons connu une évolution des matériaux et des procédés. La petite usine du départ a agrandie, nous avons fait l’acquisition de nouvelles machineries, etc. Bref, l’entreprise a eu plusieurs « époques ».

En 2010, Michel et moi avons racheté l’entreprise, permettant ainsi à mon père de prendre sa retraite bien méritée.

Nous sommes passionnés par nos jeux, nos clients, notre équipe et chaque aire de jeu Go-Élan. Un de mes plaisirs est de partir le week-end à la conquête des parcs que nous avons co-créé avec nos clients (ils sont parfois loin de chez moi!) Les regarder, les toucher, les essayer et… m’y amuser. Dans ces moments, je «vois» toute notre équipe qui a mis la main à la pâte. Alors une fierté s’empare de moi.

Avec la complicité de mon équipe, nous vous invitons à faire partie de notre famille.
Chacune de vos histoires nous tient à cœur.

 signature